Biographie

Jean Legrand est né à Montpellier en 1910, il mourra en 1982 à Paris. A vingt ans il quitte le Sud pour Paris où il entreprend un combat littéraire et idéologique qui sera sa vie même. Actif imprimeur et éditeur, notamment de Georges Bataille et de Benjamin Péret, il fréquente René Crevel, et surtout Claude Cahun (cf. le Claude Cahun de François Leperlier, Fayard, qui a aussi préfacé L’Amour Insolent de Legrand pour La Termitière) . Il ne sera jamais surréaliste, ni même un « compagnon de route », trop singulier pour cela, même s’il défendra toujours leurs avancées face à la réaction. La guerre arrive, il imprime les tracts de Contre-Attaque de Bataille, publie ses propres manifestes et poèmes. Après la guerre, Jean Paulhan, appuyé par Queneau, le défend et publie chez Gallimard Le Journal de Jacques dans la collection Blanche et ouvre à ses ami(e)s « sensorialistes » et à lui-même les colonnes des Cahiers de la Pléiade. Léon Pierre-Quint, premier biographe de Proust, éditeur-mécène des poètes du Grand Jeu, publie au Sagittaire, Jacques ou L’homme possible, premier volet, en fait, de sa trilogie. Le dernier volet, Jacques et Aurette, sera publié par Gallimard. Dans les années 50 il vit quelques années au "Mas Clapier" près de Montpellier, où il commence Tandis qu'Ulysse vagabonde, avant de retourner à Paris. De 1948 jusqu’à sa mort, Jean Legrand, se verra refuser tous ses manuscrits.

vendredi 10 février 2012

Documents


"Cavalcade", 1946


"Le Figaro", 1947


Vitrine "sensorialiste"


Vitrine "sensorialiste"


Bandeau de L'homme Manifeste, 1947



Pages d'une brochure de présentation des activités du groupe "sensorialiste" contenant une importante revue de presse

Aucun commentaire:

Publier un commentaire